Des barrages et des hommes en Savoie

Des barrages et des hommes en Savoie

                    Des barrages et des hommes en Savoie

 

“Ce n’est que lorsqu’un édifice s’est vu confier la renommée des Hommes, et qu’il est sanctifié par leurs exploits […] que son existence se voit douée de langage et de vie.”

John Ruskin, The Seven Lamps of Architecture, 1849

- - -

Durant une année, à la demande de la FONDATION FACIM, et en proche collaboration avec Electricité De France, j’ai arpenté les routes et les chemins du vaste réseau de l’hydroélectricité en Beaufortain (Savoie, Alpes françaises). J’ai grimpé quelques hauteurs, exploré les moindres recoins des centrales, scruté chaque détail des machines, passé toutes les portes interdites. De l’image détaillée d’une turbine Pelton, à la vision étendue d’un barrage fondu dans le massif alpin, j’ai entrecoupé ces images par des portraits de témoins de l’époque des chantiers.

Plusieurs fois, il m’arriva de me retrouver seule avec ces “forteresses tranquilles”, en particulier sous un temps peu clément, ou enneigé. Pendant plusieurs heures, je parcourais inlassablement les alpages alentours, ou longeais la retenue d’eau, la voûte, à la recherche de la meilleure image possible. Seule avec ces ouvrages monumentaux sur des kilomètres à la ronde, j’ai noué une relation particulière, presque intime avec eux. Dans notre silence mutuel, je me suis imprégnée de leur présence impressionnante et sécurisante, de leur allure élégante de châteaux forts d’altitude. Et ces grands “refuges”, miens pour quelques heures, ont alors bien voulu me livrer quelques-uns de leurs secrets.